Endoscopy 2014; 46(03): 262
DOI: 10.1055/s-0034-1367524
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de Y Hazewinkel et al., pp. 219

Further Information

Publication History

Publication Date:
26 February 2014 (online)

 

Yark Hazewinkel, Thomas R. de Wijkerslooth, Esther M. Stoop, Patrick M. Bossuyt, Katharina Biermann, Marc J. van de Vijver, Paul Fockens, Monique E. van Leerdam, Ernst J. Kuipers, Evelien Dekker. Prevalence of serrated polyps and association with synchronous advanced neoplasia in screening colonoscopy.

Commentaires: Denis Heresbach, Gilles Lesur

La prévalence des polypes festonnés est variable et surveillée dans les programmes de coloscopies car ils pourraient être la cause des cancers colorectaux d’intervalle. Ils sont classés en polype hyperplasique classique (PH), polype/adénome festonné ou dentelé (PAFD) sans ou avec dysplasie et adénome dentelé traditionnel toujours dysplasique (ADT). L’association de ces PAFD à des lésions synchrones est une donnée peu connue qui pourrait également expliquer ces lésions omises.

Dans un essai comparant la coloscopie totale sous sédation (CTS) à la coloscopie virtuelle (CTC) les résultats de 1426 patients (51 % d’hommes) ont été analysés avec un taux d’intubation caecale de 98,7 %, un temps médian de retrait de 10 minutes et un taux de détection des adénomes de 29,4 %. Il s’agissait de 111 PAFD dont 26 % en dysplasie, d’un adénome dentelé traditionnel en dysplasie et par ailleurs il existait 632 PH. Il n’existait pas de différence d’âge ou de sex-ratio chez les sujets avec ou sans ces 3 types de lésions. Les patients avec PH proximal comme ceux avec PAFD proximal avaient un risque relatif (IC à 95 %) significativement plus élevé de néoplasie avancée synchrone et respectivement de 1,95 (1,13 – 3,36) et 3,1 (1,5 – 6,15). Ces risques relatifs étaient de 3,18 (1,11 – 9,07) et 5,02 (1,69 – 14,86) pour les PH et les PAFD de plus de 10 mm.

Au délà de la typologie des PH, PAFD et de l’ADT décrite par les auteurs et le risque de PAFD chez les sujets porteurs d’une néoplasie avancée, le message essentiel (Cf Tableau 4) de cet article est la fréquence des PAFD proximaux chez les sujets avec ou sans néoplasie avancée. L’analyse de ce tableau montre que ces pourcentages étaient respectivement de 8,5 % (11/100) et 3,5 % (51/1306). Le message pourrait alors bien être de rechercher des PAFD en cas de diagnostic de néoplasie avancée lors d’une coloscopie puisque le taux d’omission des PAFD est bien plus important que celui des néoplasies avancées.