Endoscopy 2014; 46(06): 632
DOI: 10.1055/s-0034-1367644
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de Holleran G et al., pp. 473

Further Information

Publication History

Publication Date:
30 June 2014 (online)

 

Grainne Holleran, Ronan Leen, Colm O’Morain, Deirdre McNamara. Colon capsule endoscopy as possible filter test for colonoscopy selection in a screening population with positive fecal immunology.

Commentaires: Dr Emmanuel Coron, Franck Chollet, Alain Lachaux, Gilles Lesur, Maxime Palazzo

L’Hemocult au gaïac constitue actuellement le test de dépistage du cancer colorectal le plus utilisé en Europe. En cas de test positif sa sensibilité n’est que de 59,5 % chez la femme et 43,2 % chez l’homme pour la détection des adénomes avancés et du cancer colorectal, ce qui est source de nombreux faux positifs et donc de coloscopies qui auraient pu être évitées.

L’objectif de cette étude irlandaise était d’évaluer la vidéocapsule du côlon (VCC) comme un second filtre après un test Hémocult positif et de comparer ces résultats à la coloscopie définie comme le standard. Soixante-deux patients avec un test Hémocult positif dans le cadre d’une campagne de dépistage ont été inclus pour avoir une VCC et le lendemain une coloscopie. Bien entendu, l’endoscopiste qui réalisait la coloscopie ne connaissait pas les résultats de la VCC. La VCC détectait des polypes (quelque soit la taille ou le nombre) chez 43 participants (69 %), des polypes significatifs (> 3 polypes ou polype> 1 cm) chez 18 participants (29 %) et un cancer chez 1 patient (2 %). La coloscopie détectait des polypes chez 36 participants (58 %), des polypes significatifs chez 18 participants (29 %) et un cancer chez 1 patient (2 %). L’unique cancer a donc été détecté par la VCE et la coloscopie. Pour les polypes de tous types la sensibilité, spécificité, valeur prédictive positive et valeur prédictive négative étaient respectivement de 95 %, 65 %, 79 % et 90 %. Concernant les polypes significatifs, ces mêmes items étaient de respectivement 89 %, 96 %, 89 % et 96 %. La VCC de seconde génération semble donc un bon second test pour le dépistage des polypes et du cancer colorectal dans une population ayant un Hemocult positif. Ainsi dans cette cohorte de 62 participants, 44 soit 71 % auraient pu ne pas avoir à subir une coloscopie. Cette étude importante doit désormais être réalisée sur un effectif plus important car le nombre de cancer était faible dans cette cohorte et il va falloir surtout démontrer que la VCC ne rate pas de cancer colorectal. Il serait également intéressant de savoir si le coût des coloscopies non réalisées vient compenser le surcout de la VCC dans cette nouvelle stratégie de dépistage.