Endoscopy 2014; 46(11): 1008
DOI: 10.1055/s-0034-1389779
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Pimentel-Nunes P et al., pp. 933

Further Information

Publication History

Publication Date:
30 October 2014 (online)

 

Pedro Pimentel-Nunes, Francisco Mourão, Nuno Veloso, Luís Pedro Afonso, Manuel Jácome, Luís Moreira-Dias, Mário Dinis-Ribeiro. Long-term follow-up after endoscopic resection of gastric superficial neoplastic lesions in Portugal.

Commentaires: Gilles Lesur, Maxime Palazzo

Si les séries japonaises ont bien montré qu’après résection endoscopique de lésions gastriques superficielles une surveillance à la recherche de récidive et/ou de nouvelles lésions était nécessaire, il n’y pas sur ce point de données quantitativement importantes émanant d’Europe.

Le travail de Pimentel-Nunes et al. qui provient du centre de référence de Porto est une série rétrospective conduite entre mars 2013 et avril 2013 auprès de 162 patients vus consécutivement. Ces 162 patients présentaient 195 lésions néoplasiques gastriques superficielles traitées, soit par mucosectomie endoscopique (n = 54), soit par dissection sous-muqueuse (n = 141) puis suivis pendant en „moyenne 3,2 ans. Il s’agissait dans 86 % des cas soit de lésions en dysplasie de haut grade (47 %), soit de cancers superficiels (39  %). La résection était techniquement faisable dans 97 % des cas avec des taux de résections en bloc de 85 % et de R0 de 81 %. Les taux de résections en bloc et de résection R0 étaient significativement plus élevés en cas de dissection sous-muqueuse qu’en cas de mucosectomie, respectivement 94 % vs 61 % (P = 0,001) et 91 % vs 54 % (P < 0,001). Le taux de récidive était de 7 % et la récidive était significativement associée à une résection Rx/R1 et ce indépendamment de la technique de résection (0R: 5,8, IC à 95 %: 3,9 – 8,8). Les taux de résection curative à long terme étaient de 86 % après une procédure et de 91 % après deux procédures. Des effets indésirables étaient observés dans 13 % des cas, soit respectivement 8 % d’hémorragies et 2 % de perforations, sans différence significative entre les 2 méthodes. Une chirurgie état réalisée dans 7 % des cas, dans 6 % des cas du fait d’une résection non curative ou dans 1 % des cas du fait de la survenue d’une complication. Le taux de détection de lésions métachrones lors du suivi était de 1 % à 1,5 % par an. Le taux de survie spécifique liée au cancer gastrique était de 100 %.

Cette première grande série européenne confirme les excellents résultats des traitements endoscopiques des lésions néoplasiques superficielles de l’estomac. Ces excellents résultats sont comparables à ceux des séries asiatiques. Ces techniques endoscopiques, et en premier lieu la dissection sous-muqueuse, sont un traitement très efficace et potentiellement curatif des lésions néoplasiques gastriques superficielles. En Europe comme en Asie, ces traitements endoscopiques doivent être considérés comme un traitement de première intention.