Endoscopy 2014; 46(11): 1008
DOI: 10.1055/s-0034-1389780
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Soderlund C et al., pp. 941

Weitere Informationen

Publikationsverlauf

Publikationsdatum:
30. Oktober 2014 (online)

 

Claes Soderlund, Stefan Linder, Per E. Bergenzaun, Tomas Grape, Hans-Olof Hakansson, Anders Kilander, Gert Lindell, Martin Ljungman, Bo Ohlin, Jorgen Nielsen, Claes Rudberg, Per-Ove Stotzer, Erik Svartholm, Ervin Toth, Farshad Frozanpor. Nitinol versus steel partially covered self-expandable metal stent for malignant distal biliary obstruction: a randomized trial.

Commentaires: Gilles Lesur, Maxime Palazzo

Le traitement des obstructions biliaires malignes distales repose le plus souvent sur la pose d’une endoprothèse biliaire. Différents types de prothèses sont maintenant disponibles et la supériorité des prothèses métalliques en terme de durée de perméabilité est bien montrée.

Dans cet essai randomisé multicentrique suédois ayant inclus 400 malades, les prothèses partiellement couvertes métalliques ont été comparées aux prothèses partiellement couvertes en nitinol. L’objectif principal de l’étude est l’évaluation du taux d’obstruction durant les 300 premiers jours. A 300 jours, le pourcentage de patients ayant une prothèse fonctionnelle était de 77 % dans le groupe prothèse métallique et de 89 % dans le groupe prothèse en nitinol (P = 0,01). Une obstruction prothétique confirmée survenait plus souvent dans le groupe prothèse métallique comparé au groupe prothèse en nitinol (30 patients vs 14 patients, P = 0,02). Une migration était observée dans 13 cas après mise en place d’une prothèse métallique contre 3 après mise en place d’une prothèse en nitinol (P = 0,01). Les survies médianes étaient de respectivement 137 jours en cas de prothèse métallique et de 120 jours en cas de prothèse en nitinol (P = 0,59).

Les auteurs concluent que les prothèses en nitinol ont une durée de perméabilité supé„rieure et sont associées à moins d’échecs par obstruction. En revanche, il n’était pas noté de différence en termes de survie et d’effets indésirables.