Endoscopy 2014; 46(11): 1008-1009
DOI: 10.1055/s-0034-1389781
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Ekkelenkamp VE et al., pp. 949

Further Information

Publication History

Publication Date:
30 October 2014 (online)

 

Vivian E. Ekkelenkamp, Arjun D. Koch, Erik A. J. Rauws, Gerard J. J. M. Borsboom, Robert A. de Man, Ernst J. Kuipers. Competence development in ERCP: the learning curve of novice trainees.

Commentaires: Gilles Lesur, Maxime Palazzo

La mesure de l’acquisition de la compétence en CPRE pendant son apprentissage est mal évaluée. La plupart des programmes d’apprentissage et d’accréditation vérifient la compétence en CPRE sur le critère “nombre minimal d’actes pratiqués” alors que l’évaluation devrait plutôt reposer sur des critères objectifs de performance. L’auto-évaluation continue par le Questionnaire d’Evaluation de Rotterdam pour la CPRE (QERC) pourrait être utile dans ce cadre. Dans de nombreux domaines, l’évaluation de la performance en cours d’apprentissage repose sur les courbes d’apprentissage. Il s’agit d’exprimer le taux de succès d’un acte en fonction du nombre d’actes pratiqués en construisant une courbe de régression logistique. Le but de cette étude était d’exprimer l’acquisition de la compétence en CPRE comme une courbe d’apprentissage.

Des apprenants en CPRE d’un centre tertiaire hollandais étaient invités à participer à une auto-évaluation par le QERC menée prospectivement de janvier 2009 à mars 2013. Chaque CPRE était supervisée par un endoscopiste expérimenté en cathétérisme bilio-pancréatique. L’indication de chaque CPRE et la présence d’une papille vierge étaient notées. La complexité de chaque acte était évaluée sur une échelle à 3 points (classification modifiée de Schutz et Abbott). Le critère de jugement principal était le taux de succès du cathétérisme profond de la voie biliaire principale. Le taux de succès des interventions thérapeutiques tentées était également analysé. Toute intervention de l’endoscopiste superviseur dans la procédure était considérée comme un échec de l’apprenant.

Quinze apprenants étaient inclus. Mille cinq cent quarante et une CPRE (dont 624 sur une papille vierge) étaient évaluées par le QERC. Le nombre médian d’actes par apprenant était de 90 (20 – 218). Soixante-huit pour cent des procédures étaient de grade 1, c’est à dire de complexité faible. Le taux de cathétérisme profond de la voie biliaire principale réussi passait de 36 % à 85 % après 200 procédures (p < 0,001) et de 22 % à 68 % après 180 procédures lorsque la papille était vierge. La courbe d’apprentissage était significativement différente en fonction de chaque apprenant. L’évaluation par courbe d’apprentissage montrait une amélioration significative avec le nombre d’actes pratiqués du taux de réussite de la sphinctérotomie (p < 0,01) et de la pose d’endoprothèse (p < 0,001). En revanche, le taux de réussite d’extraction de calculs ne variait pas au cours du temps.

Les points forts de cette étude sont son caractère prospectif et la qualité méthodologique globale et sa limite principale la non-évaluation des complications.

Au total, les courbes d’apprentissage basées sur l’autoévaluation par le QERC paraissent un moyen satisfaisant d’évaluation de la compétence en CPRE plutôt que le critère “nombre minimal d’actes pratiqués.” A l’issue de ce travail, les auteurs proposent pour le futur à tous les apprenants hollandais en CPRE l’utilisation d’un portfolio électronique, “e-QERC”, avec réalisation automatique en temps réel de courbes d’apprentissage qui doit permettre une auto-évaluation satisfaisante.