Endoscopy 2019; 51(03): S5-S6
DOI: 10.1055/s-0039-1680849
Com Orales
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Une capsule colique complète négative est un résultat fiable pour éliminer une dysplasie colique avancée. ONECC: observatoire national de l'endoscopie par capsule colique. Résultats à 5 ans

N Benech
1  Lyon
,
O Vinet
1  Lyon
,
R Benamouzig
2  Bobigny
,
X Dray
3  Paris
,
T Ponchon
1  Lyon
,
JP Galmiche
4  Nantes
,
S Sacher-Huvelin
4  Nantes
,
E Samaha
3  Paris
,
JC Saurin
1  Lyon
› Institutsangaben
Weitere Informationen

Publikationsverlauf

Publikationsdatum:
12. März 2019 (online)

 

Introduction:

L'endoscopie par capsule colique permet une évaluation non invasive de la muqueuse colique chez des patients avec une indication d'exploration digestive pour qui la coloscopie est difficile de réalisation (contre-indication, refus, échec).1 L'ONECC est le premier observatoire national de la capsule colique mis en place pour l'évaluation en pratique courante de cet examen. Nous présentons ici les résultats de l'analyse de la cohorte après plus de 5 ans de suivi.

Patients et Méthodes:

L'ONECC est une cohorte observationnelle prospective ayant permis l'évaluation systématique des données démographiques et cliniques des patients ayant effectué une capsule colique auprès de 14 centres en France entre 2011 et mars 2017 (CHU, CH et cabinet de ville). Les comptes-rendus de capsule colique, de coloscopie et d'histologie ont été systématiquement repris. Les patients ont par la suite été contactés une fois par an par téléphone pour notification des évènements médicaux majeurs.

Résultats:

Six-cent quatre-vingts neuf capsules coliques ont été analysées. L'âge moyen des patients était de 69 ans (minimun 16 ans, maximum 96 ans) avec un sexe ratio H/F de 0,38. L'examen a été incomplet (absence de visualisation de l'ensemble du cadre colique) chez 236 patients (34,3%). La qualité de la préparation colique était estimée bonne ou excellente pour 69,2% des examens. La réalisation d'une capsule colique était justifiée par une contre-indication à la coloscopie (307, 44,6%), un refus de l'examen (144, 20,9%), une endoscopie incomplète (217, 31,5%) ou un motif non spécifié ou autre (21, 8,3%).

Cent quatre-vingts huit capsules (27,3%) ont permis l'identification de polypes significatifs (≥5 mm ou > 3 polypes) et cent dix capsules (16%) présentaient un polype non significatif. Dans 53,7% des examens (370/689), au moins une autre lésion non néoplasique a été identifiée (angiodysplasie, ulcérations, diverticule ou autre). A la suite de l'examen, une coloscopie a été indiquée chez 278 patients (40,3%). Parmi ces indications, cent trente-sept patients avaient une lésion nécessitant un traitement (19,9% de l'ensemble des capsules, 72,9% des capsules significatives) et 75 présentaient une capsule incomplète (10,9%). Deux cent vingt-cinq coloscopies ont été finalement réalisées (80,9% des indications). Les 2 principales raisons de la non réalisation de la coloscopie pour les patients avec une capsule significative étaient la contre-indication anesthésique (14, 10,2%) et le refus du patient ou du médecin traitant (11, 8%). La capsule a permis l'identification d'une dysplasie confirmée après coloscopie dans 96 cas (13,9%) dont 16 cancers (2,7%), et 9 cas de dysplasies de haut grade (1,5%). Dans le cadre d'une recherche de la cause d'une hémorragie digestive active (104 capsules, 15,1%), une lésion était identifiée dans 72,1% des cas (polypes significatifs ou lésion susceptible d'occasionner un saignement).

La médiane de suivi était de 3 ans (minimum 0 an, maximum 7 ans). Au terme de ce suivi, un cancer a été diagnostiqué chez 9 patients avec une capsule colique non significative: 8 identifiés par une coloscopie post-capsule (1,2%, indication de la coloscopie: capsules incomplètes et/ou mauvaise préparation) et 1 adénocarcinome intra-muqueux a été diagnostiqué au cours du suivi ultérieur, 4 ans après la capsule (1/501, 0,1%). Au total, au terme du suivi, la valeur prédictive négative de la capsule colique pour la détection d'une néoplasie ou d'une dysplasie avancée (haut grade ou adénocarcinome) étaient respectivement de 92,2% et 98,2% (Tableau 1). En ne considérant que les capsules coliques complètes (453 examens, 65,7%), la sensibilité et la spécificité de la capsule colique pour la détection de dysplasie avancée étaient de 87,5% et 72,3% pour une valeur prédictive négative de 99,4%. A 5 ans, cent quinze patients inclus sont décédés (16,7%), aucun d'une néoplasie colique.

Conclusion:

La capsule colique est un examen qui s'est bien diffusé en France avec un bon respect des indications recommandées. En pratique courante, malgré un fort taux d'examen incomplet, la valeur prédictive négative pour la détection de néoplasie (92%) et la détection d'une dysplasie de haut grade ou d'un cancer (98,4%) restaient importantes. Une lésion associée à une hémorragie digestive active était retrouvée dans près de trois-quarts des cas. Un seul patient (0,1%) avec une capsule colique négative de bonne qualité de réalisation a été diagnostiqué d'un cancer colorectal intra-muqueux 4 ans après la capsule (médiane de suivi de la cohorte: 3 ans). En ne considérant que les capsules complètes, la valeur prédictive négative pour la détection d'une dysplasie de haut grade ou d'un cancer était de 99,4%.

Remerciements, financements, autres:

Références: 1. Enns, R. A. et al. Clinical Practice Guidelines for the Use of Video Capsule Endoscopy. Gastroenterology 152, 497 – 514 (2017).