Endoscopy 2019; 51(03): S2
DOI: 10.1055/s-0039-1680866
Plenieres
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Comparaison de la coloscopie avec chromoendoscopie à l'indigo carmin à la coloscopie avec chromoendoscopie virtuelle au NBI de 3ème génération chez des patients ayant un syndrome de Lynch: étude Lynch-Chromo

E Samaha
1  Paris
,
C Colas
1  Paris
,
M Dhooge
1  Paris
,
JC Saurin
2  Lyon
,
T Lecomte
3  Tours
,
E Coron
4  Nantes
,
G Rahmi
1  Paris
,
G Perrod
1  Paris
,
C Savale
1  Paris
,
S Chaussade
1  Paris
,
J Bellanger
1  Paris
,
N Benech
2  Lyon
,
M Le Rhun
4  Nantes
,
JP Barbieux
3  Tours
,
H Pereira
1  Paris
,
G Chatellier
1  Paris
,
C Cellier
1  Paris
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

La coloscopie avec chromoendoscopie à l'indigo carmin (CIC) améliore le taux de détection des adénomes (TDA) chez les patients ayant un syndrome de Lynch (SL). Néanmois, il s'agit d'une technique plus couteûse, qui nécessite un apprentissage dédié et un temps de procédure allongé. Le système de Narrow Band Imaging (NBI) est une technique de chromoendoscopie virtuelle qui met en reliefs l'architecture vasculaire muqueuse améliorant le contraste pour les adénomes. Nous avons mené une étude prospective multicentrique en tandem pour comparer le NBI de 3ème génération à la CIC pour la détection des adénomes coliques chez les patients ayant un SL.

Patients et Méthodes:

Cent trente-huit patients ayant un SL ont eu une double coloscopie en back-to-back, d'abord avec NBI puis avec CIC. Lors de chaque passage, tous les polypes détectés été retires et analysés. L'objectif principal était la comparaison du TDA après NBI au TDA après NBI et CIC. Les proportions ont été comparées à l'aide du test McNemar et les variables continues à l'aide du test Wilcoxon signed-rank.

Résultats:

Une mutation de l'un des gènes MMR était présente chez tous les patients (MLH1 = 33%, MSH2 = 47%, MSH6 = 15%, PMS2 = 4%, EPCAM = 1%). L'âge moyen (Ecart type) était de 40,5 (14,7) ans, et 46,4% étaient des hommes. Le temps de retrait median d'une coloscopie avec NBI était de 8 minutes (écart interquartile (EIQ) 6 – 11) comparé à 13 minutes pour la CIC (EIQ 8 – 17). Au moins un adénome a été détecté pendant le premier passage (NBI) chez 28/138 patients (20,3%), alors que la CIC au deuxième passage a permis la detection d'au moins un adénome supplémentaire chez 25/138 patients (18,1%). Après le deuxième passage, au moins un adénome était détecté chez 42/138 patients (30,4%), augmentant ainsi de 50% le TDA (p = 0,0001). Le nombre total d'adénomes détectés était de 39 après le NBI et de 75 après NBI + CIC avec un nombre moyen d'adénomes détectés par patient de 0,3 (0,7) après NBI vs. 0,5 (1,1) après NBI + CIC (p < 0,0001). Le TDA pour les adénomes plans était de 10,9% après NBI vs. 23,2% après CIC (p < 0,0001). Le TDA a également augmenté pour les adénomes plans (10,9% après NBI vs. 16.7% après CIC, p = 0,0078) ainsi que pour les adénomes diminutifs ≤5 mm (16,7% après NBI vs. 28.3% après CIC, p < 0,0001). La détection des adénomes sessiles (11,6% après NBI vs. 13,8% après CIC, p = 0,25) et des adénomes de plus de 5 mm (6,5% après NBI vs. 8,0% après CIC, p = 0,5) n'était pas différente statistiquement entre les deux techniques. Après le rajout des adénomes détectés en lumière blanche, le TDA total de l'étude était de 33,3%.

Conclusion:

La coloscopie avec chromoendoscopie à l'indigo carmin permet de détecter significativement plus d'adénomes que le NBI de 3ème génération chez les patients ayant un syndrome de Lynch, tandis que les adénomes sessiles et les adénomes > 5 mm sont détectés de manière équivalente. Bien que le NBI permet un gain de temps pendant la coloscopie comparé à l'indigo carmin, sont utilisation seule ne peut être recommandée chez les patients ayant un syndrome de Lynch.

Remerciements, financements, autres:

Financement par la fondation ARC (2015).