Endoscopy 2019; 51(03): S32
DOI: 10.1055/s-0039-1680907
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Les polypes minuscules et les petits polypes sont-ils dangereux?

A Ben Mohamed
1  Tunis, TUNISIE
,
M Medhioub
2  Nabeul, TUNISIE
,
A Khsiba
2  Nabeul, TUNISIE
,
M Mahmoudi
2  Nabeul, TUNISIE
,
L Hamzaoui
1  Tunis, TUNISIE
,
MM Azouz
2  Nabeul, TUNISIE
› Institutsangaben
Weitere Informationen

Publikationsverlauf

Publikationsdatum:
12. März 2019 (online)

 

Introduction:

De petits polypes coliques (6 – 9 mm) et minuscules (1 – 5 mm) sont fréquemment retrouvés à la coloscopie. L'histologie demeure à ce jour le gold-standard pour l'évaluation des polypes malgré d'importantes différences histo-pathologiques inter-observateur dans la distinction entre les adénomes et les polypes hyperplasiques. En raison de la prévalence relativement élevée et de l'insignifiance clinique des petits polypes hyperplasiques du côté gauche, le coût associé à leur exérèse et leur étude anatomopathologique reste injustifié.

Patients et Méthodes:

L'objectif de cette étude était d'identifier les caractéristiques histologiques des polypes minuscules et petits afin de vérifier l'innocuité des stratégies proposant de ne réséquer que les polypes de 10 mm ou plus. Les patients ayant subi une polypectomie en 2017 ont été identifiés grâce à notre base de données d'endoscopie et ceux qui avaient des polypes < 1 cm ont été recrutés.

Résultats:

Deux cent patients (117 hommes et 87 femmes, sex-ratio H/F = 1,34) ont été identifiés. L'âge moyen était de 63,57 ± 12,14 ans (31à 90 ans). Il y avait 431 polypes dont 239 (55,45%) minuscules. Soixante trois pour cent de tous les polypes étaient du côté gauche et 30,3% (n = 131) étaient hyperplasiques. Dix-huit pourcent des polypes du côté droit étaient hyperplasiques versus 37,26% du côté gauche. Cette différence histologique était statistiquement significative (p < 0,0001). Une dysplasie de haut grade (DHG) était présente chez 14% des polypes et un type festonné chez 11,5% des cas. Unadénocarcinome a été mis en évidence dans 3 petits polypes du côté gauche (tous les deux de 9 mm) soit un taux de dégénérescence de 0,69%.

Conclusion:

Ces données démontrent que seulement un tiers des polypes du coté gauche étaient hyperplasiques, représentés surtout par des polypes minuscules< 5 mm, cependant les résultats anatomopathologiques des petits polypes (6 – 9 mm) ne sont pas rassurants vu la forte prévalence de dysplasie et le risque non nul de dégénérescence prouvant que la polypectomie reste bien justifiée.