Endoscopy 2019; 51(03): S40
DOI: 10.1055/s-0039-1680926
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Exploration endoscopique haute du reflux gastro-oesophagien chez les patients obèses

Y Dannouni
1  Marrakech, Marrakech-Tensift-Al Haouz, Maroc, MAROC
,
H Sghir
2  Marrakech, MAROC
,
I Elhidaoui
3  Marrakech, MAROC
,
K Benjouad
3  Marrakech, MAROC
,
S Oubaha
3  Marrakech, MAROC
,
Z Samlani
3  Marrakech, MAROC
,
K Krati
3  Marrakech, MAROC
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Considérée par l'organisation mondiale de la santé comme la première maladie non infectieuse dans le monde, l'obésité engendre une série de symptômes chroniques. Le reflux gastro-oesophagien (RGO) est un motif de consultation fréquent chez les patients obèses avec une corrélation entre intensité des symptômes et indice de masse corporelle (IMC). Le but de ce travail est de déterminer la fréquence et la sévérité des symptômes de RGO chez les patients obèses ainsi que de faire un bilan lésionnel endoscopique.

Patients et Méthodes:

Il s'agit d'une étude descriptive et analytique, menée à l'unité d'endoscopie du service hépato-gastro-entérologie sur une durée de 9 mois allant de septembre 2017 au fin juin 2018. Cette étude avait inclus tous les patients dont IMC > 25 kg/m2 et qui sont admis pour une exploration endoscopique haute d'un RGO. Tous les patients ont répondu à un questionnaire afin de préciser la présence et la sévérité des signes digestifs de RGO.

Résultats:

Quatre-vingt-quatre patients ont été inclus dans ce travail. On notait une prédominance féminine (67,6%). L'âge moyen était de 38.5 ans avec des extrêmes de 26 et 65 ans. L'IMC moyen était de 33 kg/m2 (26 – 37 kg/m2). Soixante dix patients soit 83.3% décrivaient des signes du RGO: régurgitations ou pyrosis, ces symptômes étaient d'intensité légère dans 45,7% des cas, modérée dans 27% et sévère chez seulement 10.2% des malades. Dans 67% des cas, les symptômes de RGO survenaient moins d'une fois par semaine alors qu'ils étaient quotidiens chez seulement 9,5% des malades. Les symptômes évoluaient depuis moins de 2 mois dans 33% des cas, entre 2 et 6 mois dans 15% des cas et plus des 12 mois dans 52%. L'endoscopie digestive haute avait mis en évidence la présence des lésions chez 61 malades soit 72.6%: oesophagite sévère chez 6 cas, une hernie hiatale non compliquée chez 21 cas, un aspect de pangastrite érythémateuse chez 45 cas et un aspect de gastrite antrale érosive chez 7 cas. L'examen endoscopique était normal chez 9 malades. Ainsi, il n'existait pas de corrélation entre IMC et la sévérité des symptômes de RGO ni entre la présence des symptômes et la sévérité des lésions endoscopiques.

Conclusion:

Cette étude n'affirme pas les données épidémiologiques sur la fréquence des symptômes de RGO et celle de lésions oesophagiennes chez les malades en surpoids ou obèses. Des symptômes quotidiens, étaient décrits par seulement 9.5% des malades alors qu'une oesophagite sévère n'existait que chez 6 malades et une gastrite antrale érosive chez 7 cas. Aucune corrélation n'a été notée entre sévérité des symptômes ou des lésions et importance de la surcharge pondérale.