Endoscopy 2019; 51(03): S43
DOI: 10.1055/s-0039-1680933
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Polypes gastriques hyperplasiques: à propos de 63 cas

M Yakoubi
1  Nabeul, TUNISIE
,
M Medhioub
1  Nabeul, TUNISIE
,
O Gharbi
1  Nabeul, TUNISIE
,
L Hamzaoui
1  Nabeul, TUNISIE
,
A Khsiba
1  Nabeul, TUNISIE
,
M Mahmoudi
1  Nabeul, TUNISIE
,
MM Azouz
1  Nabeul, TUNISIE
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Les polypes hyerplasiques sont parmi les polypes gastriques les plus fréquents. La présence à l'examen histologique de foyer de dysplasie est une situation rare mais dont la fréquence est diversement appréciée dans la littérature, allant de 1 à 20%. De plus, l'attitude vis-à-vis de ces polypes n'est pas consensuelle et leur prise en charge reste discutable jusqu'à ce jour.

Le but de notre étude était d'évaluer l'intérêt de la résection endoscopique systématique des polypes hyperplasiques.

Patients et Méthodes:

Etude rétrospective descriptive incluant tous les patients ayant bénéficié d'une résection endoscopique de polypes gastriques entre 2008 et 2018. On a évalué la prévalence des polypes hyperplasiques, leurs caractéristiques endoscopiques, histologiques et évolutives.

Résultats:

Soixante treize polypes ont été réséqués endoscopiquement chez 50 patients. 63 polypes étaient hyperplasiques (86,3%), retrouvés chez 40 patients. Les autres polypes étaient de type: fibro-inflammatoire (N = 5), adénomateux (N = 2), glandulo-kystique (N = 1), xanthome (N = 1) et hamartomateux (N = 1). L'âge moyen des patients chez qui des polypes hyperplasiques ont été réséqués était de 62 ans avec des extrêmes allant de 19 à 86 ans. Le sexe ratio était de 0,66 (H/F = 16/24). Les modes de révélation étaient variables. Il s'agissait majoritairement d'épigastralgies (n = 21) ou de fibroscopies faites dans le cadre de l'exploration d'une anémie (n = 9). Tous les polypes hyperplasiques ont été réséqués à l'aide d'une anse diathermique. Ils étaient uniques chez 37 patients. Le siège était antral dans 52% des cas, fundique dans 34% des cas et bifocal dans 14% des cas. 73,9% des polypes étaient sessiles (n = 54). La taille moyenne des polypes hyerplasiques était de 8,3 mm (3 à 35 mm). 31,7% des lésions étaient centimétriques ou supra centimétriques. Dix polypes étaient recouverts par une muqueuse ulcérée (13,6%). Histologiquement, une gastrite associée a été retrouvée dans 100% des cas. Sept patients avaient une atrophie fundique. La présence de HP était notée dans 82% des cas. Il existait des lésions de métaplasie intestinale chez 18 patients, ainsi qu'une hyperplasie endocrine chez 6 malades. Aucun cas de néoplasie gastrique associée n'a été retrouvé. Parmi tous les polypes réséqués, 2 uniquement comportaient des lésions de dysplasie de bas grade. Ils mesuraient 20 et 35 mm de grand axe. La durée moyenne de suivi des patients était estimée à 33 mois. Au cours du suivi, 22 patients ont eu un contrôle endoscopique. Une récidive des polypes a été notée chez 9 d'entre eux (40,9%).

Conclusion:

La prévalence des lésions de dysplasie est de 2,7% dans notre série. Ce qui suggère la nécessité d'une résection systématiques de tous les polypes hyperplasiques. La dissection sous muqueuse serait à privilégier vu le taux de récidive important.