Endoscopy 2019; 51(03): S48-S49
DOI: 10.1055/s-0039-1680948
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Coloscopie de dépistage chez les patients avec acromégalie asymptomatiques sur le plan digestif

Z Bouhnoun
1  Fès, MAROC
,
A Arramdani
1  Fès, MAROC
,
H Abid
1  Fès, MAROC
,
N Lahmidani
1  Fès, MAROC
,
M Elyoussfi
1  Fès, MAROC
,
N Aqodad
1  Fès, MAROC
,
DA Benajah
1  Fès, MAROC
,
A Ibrahimi
1  Fès, MAROC
,
M Elabkari
1  Fès, MAROC
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

L'acromégalie est une maladie liée à une hypersécrétion d'hormone de croissance (growth hormone [GH]), Les recommandations actuelles proposent d'inclure ces patients dans le groupe à risque élevé de cancer colorectal (CCR) et de les surveiller par coloscopie de dépistage.

L'objectif de notre travail est d'évaluer l'intérêt de la coloscopie de dépistage chez les patients suivis pour acromégalie et qui sont asymptomatiques sur le plan digestif.

Patients et Méthodes:

Il s'agit d'une étude rétrospective, incluant tout les malades suivis pour acromégalies ayant bénéficiés d'une coloscopie de dépistage et qui ont été asymptomatique sur le plan digestif, sur une période de 8 ans (Janvier 2009 – Juillet 2017).

Résultats:

30 patients ont bénéficié d'une coloscopie totale de dépistage qui a objectivé la présence de polypes chez 10 malades, avec un nombre de polypes variant de 1 à 5 polypes sauf chez une seule patiente ou la coloscopie a révélé la présence une polypose recto-colique. La taille moyenne des polypes était de 9 mm, avec un aspect sessile chez 9 malade. Concernant la localisation, 5 malades avaient des polypes au niveau de l'angle colique droit, 1 patient avaient des polypes colo-rectaux, 2 patients avaient des polypes sigmoïdiens, un patient avait un polype rectal isolé, alors qu'une patiente avait une polypose recto-colique. Tous les polypes ont été réséqués alors que pour la patiente avec polypose des biopsies-Exérèses ont été réalisées. L'étude anatomopathologique était en faveur d'adénome chez tous les malades, sans dysplasie chez 9 cas, mais avec dysplasie focale de haut grade chez un seul patient qui a bénéficié d'une coloscopie dans 3 mois qui est revenu normale. Tous nos malades ont été inscrits dans un protocole de surveillance endoscopique qui n'a pas révélé d'anomalies par la suite, sachant que la patiente avec polypose recto-colique a été proposée pour un traitement chirurgical mais elle a été perdue de vue.

Conclusion:

L'acromégalie est un facteur de risque de cancer colorectal, notre étude confirme l'intérêt de la coloscopie de dépistage au moment de diagnostic qui s'impose même devant des patients asymptomatiques sur le plan digestif. Une sensibilisation des endocrinologues est nécessaire pour éviter une évolution possible vers des cancers colo-rectaux.