Endoscopy 2019; 51(03): S54
DOI: 10.1055/s-0039-1680961
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Evaluation de la prise en charge des hémorragies digestives hautes liées à l'hypertension portale dans 6hôpitaux de Kinshasa (République Démocratique du Congo)

A Tshimpi
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
,
T Ndarabu
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
,
E Loleke
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
,
A Nkodila
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
,
T Monsere
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
,
S Mbendi
1  Kinshasa, CONGO (RDC)
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

La prise en charge des hémorragies digestives hautes en Afrique subsaharienne semble mal codifiée et est compliquée par des difficultés d'accès à l'endoscopie digestive. Le but de notre étude était d'évaluer la prise en charge diagnostique et thérapeutique des hémorragies digestives hautes (HDH) liées à l'hypertension portale (HTP) dans 6hôpitaux de Kinshasa.

Patients et Méthodes:

Etude en deux temps: rétrospective, en 2015, dans 6hôpitaux de Kinshasa, avec 97 patients enregistrés; puis prospective en 2016 avec 135 patients suivis et 24 médecins enrôlés. Les variables étudiées pour les patients étaient la présence de l'HDH, présence d'HTP, terrain, exécution des prescriptions, évolution. Pour les prestataires, application des recommandations des pratiques cliniques. Pour les hôpitaux, présence des patients présentant une HDH, unité d'endoscopie digestive, disponibilité des médicaments vasoconstricteurs, présence d'unités des urgences, des soins intensifs et d'hospitalisation, moyens de formation et d'information des prestataires.

Résultats:

En 2015, 491 patients ont été enregistrés pour hémorragie digestive (HD). Parmi eux, 306 (62,3%) présentaient une HDH. L'HDH était présumée ou confirmée liée à HTP chez 97 patients (19,7%). Dans ce dernier groupe, 22 patients (22,68%) étaient décédés; aucun n'avait bénéficié d'endoscopie digestive diagnostique ou interventionnelle. Parmi les survivants des patients avec HTP, 60 ont été inclus dans la deuxième partie de l'étude en 2016, groupe auquel nous avons rajouté 75 nouveaux cas.

En 2016, quarante-sept patients suivis (34,8%) étaient décédés après le premier jour d'admission pour HD. La probabilité de survie des patients à l'initiation de la prise en charge était respectivement de 74,8%; 65,9% et 65,2% à 1 mois, à 3 mois et à 6 mois. L'absence de traitement endoscopique, la présence d'autres lésions associées à celles d'HTP à l'endoscopie et l'absence des mesures de réanimation au cours d'un épisode hémorragique étaient les principaux facteurs prédictifs de la mortalité.

Le recours à l'endoscopie diagnostique s'est amélioré. Il est resté faible pour l'option thérapeutique. 38,5% des médecins n'ont pas émis de réserve pour indiquer l'endoscopie.

Les limites à l'indication de l'endoscopie étaient l'instabilité hémodynamique du patient, le faible niveau financier de la plupart des patients, le manque d'infrastructure et l'horaire limité sur 24h.

Conclusion:

Notre étude montre que la prise en charge de l'HDH dans le milieu hospitalier de Kinshasa était limitée, avec une mortalité élevée. Les facteurs prédictifs de mortalité étaient l'absence de traitement endoscopique, la présence d'autres lésions associées à celles d'HTP à l'endoscopie et l'absence des mesures de réanimation au cours de l'épisode hémorragique.

Mots clés:

Evaluation, HDH liée à l'HTP, Recommandations, Kinshasa.