Endoscopy 2019; 51(03): S60
DOI: 10.1055/s-0039-1680979
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

L'endoscopie digestive d'astreinte: expérience d'un centre hospitalier général français

Y Thiyfa
1  casablanca, MAROC
,
T Gharbi
2  Rabat, MAROC
,
H Laarabi
3  Fès, MAROC
,
L Kabbage
4  Saint-Quentin
,
I Dadamessi
4  Saint-Quentin
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Nous rapportons notre expérience de l'endoscopie digestive d'astreinte (EA) dans un centre hospitalier général (CHG) de 874 lits de MCO, l'unité d'endoscopie digestive est ouverte en semaine du lundi au vendredi de 8h à 16h. Une astreinte d'endoscopie est assuré en soirée de 18h à 8h et les week-end. L'endoscopie est faite par un senior d'astreinte de sécurité, un interne de spécialité et une équipe d'anesthésie au bloc opératoire.

Patients et Méthodes:

Entre mai 2017 et avril 2018, 152 EA ont été réalisées, chez 135 patients. L'âge moyen des patients était de 68.1 ans (19 – 98 ans). On note une prédominance masculine chez 60.5% des patients.

Résultats:

En moyenne, 12.6 EA étaient faites par mois (8 – 25 EA). L'activité d'EA avait été réalisé dans 66.45% pendant le week-end, ou jours fériés et 33.5% en soirée de semaine. L'examen était une endoscopie haute dans 79% et une endoscopie basse dans 21% des cas. L'EA était suivi d'un geste thérapeutique dans 25% des cas.

Les principales indications étaient dominées par les hémorragies digestives (73.03%), la coloscopie d'exsufflation (7.24%), les déglobulisations aigues sans hémorragies digestives extériorisés (5.92%), les ingestions de corps étrangers (4.61%), les ingestions de caustique (1.32%) et 7,89% en rapport avec les aphagies, les vomissements ou épigastralgies.

Sur les 27 gastroscopies thérapeutiques réalisées, 74.07% concernaient des gestes d'hémostase dont 35% réalisées sous anesthésie générale. 25.9% de ces endoscopies hautes étaient en rapport avec l'extraction de corps étrangers.

Les 20 gestes d'hémostases se répartissaient en injection hémostatique d'adrénaline (25%), pose de clips (30%), geste mixte d'hémostase (injection d'adrénaline + pose de clips) dans 15% et ligature de varices oesophagiennes hémorragiques (20%). Sur les 7 corps étrangers 42,85% étaient poussés sans extraction et 57,15% étaient enlevés à l'aide d'une anse.

Parmi les 32 coloscopies réalisées, 12 étaient thérapeutiques (37,5%) correspondant à 7 exsufflations et 4 réductions de volvulus et une hémostase. Elles étaient toutes faites sans anesthésie.

Conclusion:

L'activité de l'EA est marginale (6,2% de nos gastroscopies et 2,1% des coloscopies annuelles). Elle reste essentielle puisqu'une fois sur 4 thérapeutique. L'anesthésie générale était faite chez 9% de nos patients.