Endoscopy 2019; 51(03): S62-S63
DOI: 10.1055/s-0039-1680987
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

La coloscopie standard avec biopsies étagées a-t-elle toujours une place dans le dépistage des dysplasies et du cancer colorectal au cours de MICI?

O Kharmach
1  Rabat, MAROC
,
I Benelbarhdadi
1  Rabat, MAROC
,
FZ Ajana
1  Rabat, MAROC
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Le risque de cancer colorectal (CCR) est accru chez les malades atteints de maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI), que ce soit au cours de la maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique (RCH). Les objectifs de notre travail visent à étudier le profil épidémiologique et les facteurs de risque du CCR dans les MICI afin d'établir une stratégie de dépistage permettant une prise en charge précoce.

Matériels et Méthodes:

Nous avons mené une étude rétrospective d'une série de 120 cas suivis dans notre formation pour MICI évoluant depuis plus de 8 ans, sur une période de 20 ans allant de 1998 à 2018, ont été exclus les patients perdus de vue et non observants. Les données ont été colligées à partir des registres de MICI du service, pour chaque patient ont été recueillis les facteurs de risque néoplasique; l'âge de début de la maladie, les antécédents personnels de cholangite sclérosante primitive, les antécédents familiaux de cancer colorectal, la durée de l'évolution de la maladie et son étendue, l'existence de lésions inflammatoires chroniques et pseudopolypes, ont également été relevés le sexe des patients, les antécédents de tabagisme et la notion de chimioprophylaxie de CCR. Quant à la coloscopie de dépistage, elle était réalisée à partir de la 8ème année d'évolution, en période de quiescence de la maladie, 4 biopsies en muqueuse plane tous les 10 cm (5 cm dans le rectosigmoïde), au moins 33 biopsies, chaque quadruplet dans un flacon séparé, biopsies de toutes les lésions suspectes, biopsies de la muqueuse plane autour de la base des polypes dans un flacon séparé.

Résultats:

120 patients, 61 suivis pour RCH, 59 pour MC, ayant rempli les critères d'inclusion, l'âge moyen de début de la maladie est de 34,45 ans. On note une prédominance féminine, des antécédents personnels de tabagisme chez 24 patients, CSP chez 2 patients, antécédent familial de CCR chez 2 patients. L'évolution moyenne de la maladie est de 14,31 années, son étendue (classification de Montréal) était pancolique chez 16 patients, gauche chez 31 patients et rectale chez 14 patients suivis pour RCH, et colique chez 30 patients dont 3 ont une atteinte associée du tractus digestif haut, iléo-colique chez 29 patients suivis pour maladie de Crohn. 50 patients avaient des lésions inflammatoires chroniques et pseudopolypes. 14 Patients en rémission ont été mis sous chimioprophylaxie de CCR (5'ASA: 1,5 g/j). La coloscopie de dépistage, sans coloration, selon le protocole de biopsies étagées, est réalisée chez 51 patients (42,5%), objectivant un adénocarcinome chez 4 patients, une DALM chez 1 patient et une dysplasie chez 6 patients. L'évolution était fatale pour 3 patients ayant développé un cancer.

Discussion:

La coloscopie standard avec biopsies étagées a longtemps été la méthode de référence dans la détection de cancer. Il a été démontré qu'au moins 33 biopsies devraient être prélevées des différents segments du côlon pour atteindre 90% de sensibilité pour la détection de cancer.

En pratique, un programme de surveillance doit être enclenché avec une 1ère coloscopie au bout 8 ans de maladie qui fait le point sur l'état de la muqueuse. Si l'atteinte est gauche ou étendue, il sera proposé de faire une coloscopie de surveillance tous les 1 à 2 ans, ou tous les 2 à 3 ans si la personne ne présente pas de surrisque supplémentaire. En cas de rectite, il ne sera pas proposé de programme de surveillance particulier. En cas de cholangite sclérosante associée à une MICI, la 1ère coloscopie de dépistage doit être effectuée dès le diagnostic de cholangite avec ensuite un programme de surveillance établissant une coloscopie tous les ans.

Par ailleurs, Il y a des arguments pour dire que la prise de 5-aminisalicylés à dose minimale de 1.5 g/j protégerait contre le cancer colorectal, ce qui en fait une recommandation actuelle dans la prise en charge de MICI.

Conclusion:

La chromoendoscopie met en relief des lésions dysplasiques qui, sans elle, passeraient inaperçues et peuvent être ignorées par les biopsies étagées prélevées au hasard. Toutefois, en l'absence de chromoendoscopie dans notre formation, le dépistage de CCR au cours de MICI par biopsies étagées garde toujours son intérêt.