Endoscopy 2014; 46(02): 260
DOI: 10.1055/s-0034-1367514
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de Ciocîrlan Mihai et al., pp. 139

Further Information

Publication History

Publication Date:
26 February 2014 (online)

 

Mihai Ciocîrlan, Mathieu Pioche, Vincent Lepilliez, Nicolas Gonon, Roland Roume, Guillaume Noel, Christian Pinset, Thierry Ponchon. The ENKI-2 water-jet system versus Dual Knife for endoscopic submucosal dissection of colorectal lesions: a randomized comparative animal study.

Commentaires: Edouard Chabrun, Laurent Heyries, Gilles Lesur, Laurent Palazzo, Gabriel Rahmi

La dissection sous-muqueuse endoscopique est maintenant une technique de choix pour la résection en un bloc des lésions digestives dégénérées de large diamètre. Son apprentissage reste long et difficile et soumis à des recommandations. C’est une procédure plus longue et dont le risque de perforation est supérieur à celui de la mucosectomie. La technique classique nécessite deux outils: une aiguille d’injection sous-muqueuse et un bistouri de dissection. Les études comparant l’utilisation d’un seul outil permettant l’injection et la dissection (Hybrid-Knife, ERBE, Allemagne) à la technique classique montrent un avantage pour la technique hybride qui expose à un taux moins important de perforation pour une durée d’examen identique. Le système ENKI-2 développé par la société NESTIS (Lyon, France) est un outil hybride. Le jet d’eau est produit par une chambre à haute pression à travers un cathéter permettant la dissection. Le but de cette étude randomisée était de comparer l’efficacité et la sécurité du système ENKI-2 à la technique standard (aiguille d’injection et Dual-Knife, Olympus, Japon), sur des lésions créées dans le côlon et le rectum de cochons adultes. L’objectif principal était de montrer que le système ENKI-2 réduisait le temps de procédure ainsi que, objectif secondaire, le taux de perforation. La comparaison était faite également entre un endoscopiste confirmé ayant fait plus de 100 procédures chez l’homme et un endoscopiste débutant n’ayant fait que des dissections sur les cochons. Le résultat est que l’utilisation du système ENKI-2 par un endoscopiste confirmé permet de réduire significativement le temps de procédure (18,9 minutes vs 25,6 minutes; p = 0.034) et le taux de perforation (1(4 %) versus 9 (36 %); p = 0.011) par rapport au système standard. Par contre, ces différences ne sont pas significatives avec l’endoscopiste débutant.

Il est important de disposer de nouveaux outils de dissection sous-muqueuse dans le but de réduire le temps de procédure afin que cette technique puisse s’intercaler dans un programme d’endoscopie. Le système ENKI-2 semble répondre à cet objectif tant sur le plan de l’efficacité que celui de la sécurité. Cela nécessite d’être confirmé par des études chez l’homme. L’autre message important de ce travail est qu’il ne suffit pas d’avoir un bon outil pour être un bon endoscopiste. La formation sur les cochons puis l’expérience permettent d’améliorer le temps de procédure sans augmenter le risque de complication grave. La courbe d’apprentissage de la dissection sous-muqueuse est longue, il ne faut pas l’oublier.