Endoscopy 2014; 46(03): 261-262
DOI: 10.1055/s-0034-1367521
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire de travail de Sascha C van Doom et al., pp. 181

Further Information

Publication History

Publication Date:
26 February 2014 (online)

 

Sascha C. van Doorn, Joost van Vliet, Paul Fockens, Evelien Dekker. A novel colonoscopy reporting system enabling quality assurance.

Commentaires: Denis Heresbach, Gilles Lesur

Améliorer la coloscopie est un objectif de tous les instants. Une des solutions pour se faire est d’utiliser un outil contraignant visant à obliger les coloscopistes à reporter tous les items jugés pertinents à savoir le taux de détection des adénomes, la qualité de la préparation, le taux d’intubation caecale, le temps de retrait, le confort de l’examen pour le patient et le taux de complications. Tel était l’objectif du travail de Sascha C van Doom de l’équipe de Paul Fockens à Amsterdam. Développé à partir du système Endobase d’Olympus il aboutit à la réalisation d’un logiciel nommé EndoALPHA. Durant l’année 2012, 810 coloscopies étaient réalisées dans un seul centre en utilisant ce logiciel après une phase de test et d’amélioration en 2011. Il y avait 28 opérateurs dont 17 réguliers, définis ici par la réalisation de plus de 40 procédures annuelles. Entre l’année test 2011 et l’année 2012 avec mise en place du logiciel finalisé, il y avait une nette amélioration du recueil des items préparation (98 % vs 88 %), du caractère complet ou non de la coloscopie (98 % vs 89 %), du temps de retrait (94 % vs 81 %) et de l’indice de confort de l’examen (97 % vs 84 %). Durant l’année 2012 et pour l’ensemble des endoscopistes, les taux d’intubation caecale étaient de 96,6 %, les taux de détection d’adénomes de 35,4 %, le taux de détection des polypes de 47,8 %, le taux de coloscopies précisant le score de Boston de 98 % (score d’au moins 6 points dans 85,1 % des cas et inférieur à 6 points dans 14,9 % des cas), le pourcentage d’examen avec temps de retrait supérieur à 6 minutes de 94 %, le pourcentage d’examen réalisé avec sédation de 87 %. Le taux de complication était de 0,03 %. Ce qui est également intéressant dans cette étude, c’est que les résultats peuvent également être individualisés par opérateur. Ainsi donc, il est une nouvelle fois confirmé qu’en utilisant des outils un peu contraignants on améliore sensiblement la qualité de la coloscopie. Pour un examen à visée préventive quoi de plus important que de le faire dans les meilleures conditions possibles.