Endoscopy 2014; 46(10): 915
DOI: 10.1055/s-0034-1389747
Commentaires
© Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Commentaire du travail de Vanbiervliet G et al., pp. 871

Weitere Informationen

Publikationsverlauf

Publikationsdatum:
01. Oktober 2014 (online)

 

Geoffroy Vanbiervliet, Eduardo Aimore Bonin, Rodrigo Garcès, Jean-Michel Gonzalez, Emmanuelle Garnier, Marie Christine Saint Paul, Stéphane Berdah, Marc Barthet. Gastrojejunal anastomosis using a tissue-apposing stent: a safety and feasibility study in live pigs.

Commentaires: Emmanuel Coron, Gabriel Rahmi, Magalie Vincent, Franck Chollet, Gabriel Rahmi, Gilles Lesur, Laurent Heyries

Le but de cette étude expérimentale sur 6 mini-cochons vivants anesthésiés, était de déterminer la faisabilité et l’innocuité d’une technique endoscopique consistant à réaliser par NOTES (Natural Orifice Transluminal Endoscopic Surgery) une anastomose gastro-jéjunale par mise en place d’une prothèse métallique expansible couverte. Cette prothèse dite Axios® de chez Xlumena a une forme d’haltère qui lorsqu’un de ses épaulements est déployée dans une anse jéjunale et l’autre dans l’estomac a la propriété de rapprocher de façon hermétique les 2 organes afin de créer l’anastomose. Cette technique avec un guidage échoendoscopique a déjà été décrite dans cette revue par Binmoeller KF et al. en 2012 et l’originalité de ce travail était de décrire sa faisabilité par une technique purement endoscopique avec un gastroscope double canal. La technique est la suivante: réalisation d’une incision de 2 cm de l’estomac avec un infundibulotome pour accéder à la cavité péritonéale, création d’un pneumopéritoine et avec une twin grasper on ramène une anse jéjunale dans l’estomac. L’accès dans la lumière de l’anse jéjunale est assuré par un cystotome de 10 French qui permet d’élargir l’orifice créé dans l’anse jéjunale et de placer un fil guide sur lequel la prothèse peut être déployé sous guidage fluoroscopique pour le versant jéjunale et endoscopique pour le versant gastrique. Les cochons étaient surveillés 3 semaines et leurs prises de poids étaient comparées à un groupe contrôle du même âge. La fonctionnalité de l’anastomose était vérifiée endoscopiquement à 3 semaines, les cochons étaient ensuite euthanasiés et faisaient l’objet d’une étude nécropsique. La procédure endoscopique était un succès dans tous les cas avec un temps moyen de procédure de 26 minutes. Dans un cas, la prothèse a migré durant la procédure mais a été remise en place immédiatement. Tous les cochons étaient vivants à 3 semaines et ils avaient une prise de poids significativement inférieure à ceux du groupe contrôle (0.85 kg versus 5.2 kg). L’examen nécropsique notait une anastomose perméable et une prothèse toujours en place sans signe de péritonite évidente (les cochons avaient reçu une antibiothérapie avant le geste maintenue pendant 7 jours). Cette approche endoscopique l’anastomose de gastro-jéjunale mériterait, si on confirme son innocuité chez l’homme, d’être comparée à l’approche chirurgicale laparoscopique. D’autant, que, dans les études randomisées de Jeurnink SM et al et de No JH et al. publiées dans Gastrointestinal Endoscopy respectivement en 2010 et 1013, l’anastomose gastro-jéjunale chirurgicale donne de meilleurs résultats à long terme que la mise en place endoscopique d’une prothèse duodénale dans la palliation d’une sténose néoplasique gastro-duodénale.