Endoscopy 2019; 51(03): S9
DOI: 10.1055/s-0039-1680856
Com Orales
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Evaluation à 1 an de l'efficacité de la pylorotomie endoscopique (G-POEM) dans la gastroparésie réfractaire: étude multicentrique française

O Ragi
1  Limoges
,
J Jacques
1  Limoges
,
J Branche
2  Lille
,
S Leblanc
3  Paris
,
G Vanbiervliet
4  Nice
,
R Legros
1  Limoges
,
M Pioche
5  Lyon
,
J Rivory
5  Lyon
,
S Chaussade
3  Paris
,
V Vitton
6  Marseille
,
M Barthet
6  Marseille
,
JM Gonzalez
6  Marseille
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

L'intérêt scientifique autour du G-POEM comme traitement de la gastroparésie réfractaire est grandissant vu la faible disponibilité et efficacité des alternatives thérapeutiques dans cette situation clinique difficile. Peu de facteurs de risque d'efficacité ou d'échec ont été individualisés concernant cette nouvelle procédure, les études restant monocentriques et de faible effectif pour la plupart. Nous rapportons ici les résultats de la plus large série multicentrique rétrospective de patients traités par G-POEM pour gastroparésie réfractaire, avec un suivi d'un an.

Patients et Méthodes:

Etude rétrospective multicentrique de l'ensemble des cas de G-POEM réalisés dans 5 centres experts français pour des gastroparésies réfractaires avec au moins un an de suivi. Une gastroparésie était définie comme réfractaire en cas d'échec ou d'intolérance à un traitement médical bien conduit d'au moins 6 mois. Les G-POEM étaient réalisés par la technique du tunnel sous muqueux par voie antérieure ou le long de la grande courbure selon le choix des opérateurs. Les patients étaient évalués cliniquement par le score GCSI moyen, et sur le plan paraclinique par scintigrafie de vidange gastrique.

L'objectif principal était l'évaluation du succès clinique à un an après la procédure définit par une amélioration du score GCSI d'au moins 1 point un an après la procédure.

Les objectifs secondaires était la documentation des complications et la recherche de facteurs pré-geste prédictifs d'échecs du G-POEM dans cette situation clinique.

Résultats:

117 patients ont été inclus, traités dans 5 centres experts français. 62% étaient des femmes, l'âge moyen était de 50 ans. Concernant l'étiologie de la gastroparésie: 31,7% étaient secondaires à un diabète, 25% post-chirugie thoracique, 34% considérés comme idiopathique et 8,5% secondaire à une maladie systémique (sclerodermie, SGS). La durée moyenne d'évolution des symptômes était de 69 mois. La moyenne du pourcentage de rétention à 4h de la scintigraphique pré-geste était de 43,8% et le temps de demi vidange gastrique moyen de 217 minutes. 43% des patients présentaient un amaigrissement de plus de 10% du poids corporel malgré un suivi spécialisé. La moyenne du GCSI était de 3,6 avec une moyenne du sous score nausées à 3,08; du sous score satiété à 3,7 et du sous score ballonnement à 3,6.

Le succès technique était de 98,3% (deux échecs). 18,7% des patients ont présenté des douleurs post-geste contrôlées par IPP et paracetamol. Seuls 4,1% des patients ont présenté une complication post geste d'évolution satisfaisante après traitement médical. Le délai moyen avant réalimentation était de 1,4 jours (écart type moyen: 0,58) et la durée moyenne d'hospitalisation était de 3,4 jours (écart type moyen: 1,48).

Objectif principal: Le succès clinique à un an était de 58,1% à un an avec une baisse moyenne du GCSI de 1,6 points.

Objectif secondaire: En régression logistique univariée la valeur du %H4 (0R 0,98; IC [0,96 – 0,99]; p = 0,021), l'étiologie post chirurgie (OR 0,39; IC [0,14 – 1,09]; p = 0,07), un sous score nausées élevé (OR 1,6; IC [1,27 – 2,12]; p = 0,008), un sous score satiéte élevé (OR 2,06; IC [1,3 – 3,3]; p = 0,0022) et un GCSI élevé (OR 2,3; IC [1,4 – 3,7]; p = 0,0008) était des facteurs prédictifs d'une efficacité du GPOEM à un an. Les autres données testées (Amaigrissement > 10%, TFI, sous score ballonnements, fibromyalgie, durée d'évolution, étiologie, sexe, présence d'une dépression) n'étaient pas associées à un succès ou échec.

En régression logistique multivariée, seul le sous score satiété élevé était significativement associé à l'efficacité clinique du GPOEM à un an (OR = 2,3; IC [1,35 – 3,88 ]; p = 0,002).

Conclusion:

Cette étude multicentrique française est la plus large de la littérature et confirme l'efficacité et la sécurité du G-POEM dans le traitement de la gastroparésie. L'efficacité clinique du G-POEM à 1 an est présente dans 60% des cas, avec pour seul facteur prédictif un sous score satiété élevé du GCSI. De plus, étant donné l'absence d'autre alternative thérapeutique sérieuse, le G-POEM peut être proposé en première intention pour le traitement de la gastroparésie sévère réfractaire. Des outils physiologiques d'évaluation de la motricité gastrique pourraient permettre de bien sélectionner les patients.