Endoscopy 2019; 51(03): S47-S48
DOI: 10.1055/s-0039-1680945
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Les indications rares cathéterisme pancréatique thérapeutique nécessitant un accès endoscopique par la papille accessoire

C Jung
1  Paris
,
S Leblanc
1  Paris
,
B Bordacahar
1  Paris
,
B Brieau
1  Paris
,
M Barret
1  Paris
,
JC Duchmann
2  Compiègne
,
A Berson
1  Paris
,
C Pratico
3  Bobigny
,
S Chaussade
1  Paris
,
F Prat
1  Paris
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Le cathéterisme pancréatique thérapeutique à travers la papille accessoire est une occasion rare. Néanmoins, une canulation de la papille mineure peut être nécessaire dans le contexte d'un pancreas divisum ou d'un Wirsung non franchissable comme au cours de certaines pancréatites chroniques calcifiantes. Nous avons voulu évaluer rétrospectivement l'efficacité et la sécurité du cathéterisme de la papille accessoire dans des situations rares de maladies pancréatiques.

Patients et Méthodes:

Entre le 01/01/2010 et le 01/10/2018, les patients ayant eu une CPRE thérapeutique via la papille accessoire ont été identifiés et rétrospectivement analysés à partir de notre base de données. La nécessité du cathéterisme, le nombre de reprises, la technique endoscopique et le taux du succès ainsi les causes d'echec primaire de la papille principale ont été évalués. Le cathéterisme de la papille accessoire pour pancréatites chroniques calcifiantes étant décrit dans la litérature, notre attention s'est portée sur les évenements les plus rares.

Résultats:

20 patients ont bénéficié d'un cathétérisme de la papille accessoire pour mise en place de prothèse pancréatique. Chez 16 patients, une pancréatite chronique compliquée, dont 4 avec un pancréas divisum, a empêché un accès par la papille principale. Dans six autres cas (4 femmes, 2 hommes, âge moyen 57,6 ans), un cathétérisme de la papille accessoire était nécessaire pour drainer des fistules/collections après chirurgie pancréatique (n = 3), pour calibrer un canal accessoire dans le contexte d'un pancréas divisum (n = 2) et pour calibrer une sténose cicatricielle pancréatique post-résection de „polype“ du genu supérius causant des pancréatites à répétition (n = 1). Chez 5 des 6 derniers patients, un pancréas divisum était présent et l'accès à travers la papille mineure était possible. Chez un patient, l'abord était obtenu par ponction transbulbaire echoguidée du canal dorsal vu l'échec primaire d'accès de la papille accessoire occluse. Chez 5/6 patients, une sphinctérotomie de la papille accessoire était réalisée. Une moyenne de 1.7 changements de prothèse pancréatique étaitent effectués avant régression de la symptomatologie et l'obtention d'un bon calibrage. Chez 2 patients, une kystogastrostomie était réalisée pour drainage de collection rétrogastrique. Les prothèses utilisées étaient de type Geenen 7 à 8,5 Fr, 10 – 12 cm. Un hématome duodénal, une pancréatite post CPRE modérée et une récidive de pancréatite après ablation du drain nécéssitant une nouvelle prothèse ont été observés dans les suites.

Conclusion:

Malgré une possible sous-estimation du nombre de cas due au caractère rétrospectif de l'étude, le cathéterisme de la papille accessoire reste un évènement rare dans le quotidien de la CPRE même dans les centres tertiaires. Cette technique est parfois la seule possibilité d'accès au canal principal dans des cas où la CPRE peut apporter un bénéfice, et spécialement dans le contexte d'un pancréas divisum.