Endoscopy 2019; 51(03): S54-S55
DOI: 10.1055/s-0039-1680963
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Évaluation de la sécurité et de l'efficacité de l'Hemospray comme traitement hémostatique des saignements diffus modérés au cours d'une nécrosectomie endoscopique

N Grieve
1  Clermont-Ferrand
,
O Rouquette
1  Clermont-Ferrand
,
M Riquelme
1  Clermont-Ferrand
,
M Jabaudon-Gandet
1  Clermont-Ferrand
,
A Abergel
1  Clermont-Ferrand
,
L Poincloux
1  Clermont-Ferrand
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

La nécrosectomie endoscopique est devenue la technique de 1ère intention dans le traitement de l'infection de nécrose au cours de la pancréatite aiguë. Cependant la survenue d'un saignement de la cavité de nécrose est une complication fréquente et augmente la morbi-mortalité du geste. Plusieurs études publiées sur l'Hemospray ont montré son efficacité et sa sécurité dans les hémorragies digestives. Nous avons évalué son application comme traitement hémostatique des saignements diffus modérés survenant au cours d'une nécrosectomie endoscopique.

Matériels et Méthodes:

Cette étude monocentrique rétrospective a inclus 15 nécrosectomies endoscopiques hémorragiques parmi 52 procédures réalisées entre janvier 2014 et juin 2018. 8 parmi ces 15 avaient reçu de l'Hemospray pour un saignement diffus survenu pendant le geste. L'objectif était d'évaluer la sécurité de cette technique par l'absence d'effet secondaire rattachable à l'Hemospray, et son efficacité à traiter le saignement (déglobulisation > 1 point d'Hb dans les 48h en post-geste, besoin transfusionnel dans les 72h, nécessité de recourir à un geste d'hémostase complémentaire).

Résultats:

28,9% des 52 nécrosectomies ont présenté un saignement au cours de la procédure. Il n'a pas été identifié de facteur prédictif de complication hémorragique, mais sa survenue semble augmenter la mortalité (30,7% vs. 8,3%; p = 0,322) et être prédictive d'un besoin transfusionnel en post-geste (26,7% vs. 5,4%; p = 0,05). Aucun effet secondaire rattachable à l'Hemospray n'a été observé. Il n'y avait pas de différence significative de mortalité entre les 2 groupes ayant saigné qu'ils aient bénéficié ou non de l'application d'Hemospray (20% sans Hemospray vs. 37,5% avec; p = 1); bien que celle-ci semble plus élevée dans le groupe Hemospray probablement en raison des l'hétérogénéité entre les 2 groupes, avec notamment un taux d'hospitalisation en soins continus plus élevé dans le groupe Hemospray (37,5% vs. 0%, p = 0,2). Il n'y avait pas de différence significative entre les 2 groupes sur la survenue de complications hémorragiques au décours du geste (déglobulisation, transfusion, geste d'hémostase complémentaire; p = 1).

Conclusion:

L'application d'Hemospray à l'extérieur de la lumière du tube digestif au cours d'une nécrosectomie endoscopique n'est pas associée à une augmentation de la morbidité du geste et aucun effet secondaire n'a été observé. Son efficacité reste cependant à démontrer par une étude de plus forte puissance.