Endoscopy 2019; 51(03): S57
DOI: 10.1055/s-0039-1680971
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Les polypes minuscules recto-coliques: Faut-il une analyse histologique systématique?

H Jlassi
1  tunis, TUNISIE
,
D Trad
1  tunis, TUNISIE
,
M Sabbah
1  tunis, TUNISIE
,
N Bibani
1  tunis, TUNISIE
,
A Ouakaa Kchaou
1  tunis, TUNISIE
,
H Elloumi
1  tunis, TUNISIE
,
D Gargouri
1  tunis, TUNISIE
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

Les petits polypes constituent la grande majorité des polypes recto-coliques. Parmi ceux-ci, la prévalence des adénomes avancés est faible. La stratégie „Detect-and-leave” se discute pour les très petits polypes (≤5 mm), compte tenu des coûts induits et de la forte proportion de lésions non significatives (hyperplasiques).

L'objectif de cette étude est de déterminer le type histologique des polypes recto-coliques minuscules (≤5 mm) réséqués et d'évaluer l'intérêt d'un examen histologique systématique.

Matériels et Méthodes:

Il s'agissait d'une étude rétrospective colligeant tous les patients ayant bénéficié d'une polypectomie pour un petit polype rectocolique durant une période de 12 mois (l'année 2017). Nous avons défini deux groupes: Le groupe 1 correspondait aux petits polypes de taille ≥5 mm et le groupe 2 correspondait aux polypes minuscules. Les données endoscopiques et anatomopathologiques ont été analysées.

Résultats:

Durant l'année de l'étude, 116 polypectomies coliques ont été pratiquées pour 74 patients ayant un âge moyen de 62 ans [22 – 87 ans] avec un sexe ratio (H/F) de 2,08. Quarante six patients (39,6%) présentaient un seul polype à la coloscopie.

Les polypes siégeaient majoritairement au niveau du rectum (29,3%). Ils étaient sessiles dans 81,1% des cas (n = 94), pédiculés dans 10,3% des cas (n = 12) et plans dans 8,6% des cas (n = 10).

La taille moyenne des polypes était de 4,59 mm [2 – 10]. Les polypes diminutifs étaient prédominants (71,5% des cas; n = 83).

Dans le premier groupe; 28 polypes (84,8%) correspondaient à des polypes adénomateux.

Dans le deuxième groupe; 50 polypes (60,2%) étaient adénomateux et 30 (36,1%) étaient hyperplasiques.

La nature adénomateuse était moins fréquente dans le groupe des polypes minuscules avec une différence statistiquement significative (p = 0,001).

Conclusion:

Notre série montre un taux non négligeable des adénomes parmi les polypes minuscules. Ainsi, la stratégie «detect and leave» doit être réservée pour des endoscopistes expérimentés ayant atteint un niveau de confiance élevé et en présence de techniques de chromo-endoscopie.