Endoscopy 2019; 51(03): S60-S61
DOI: 10.1055/s-0039-1680981
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

Existe-il une différence endoscopique et pronostique entre les ulcères bulbaires hémorragiques post-AINS, et les ulcères bulbaires non liés aux AINS?

M Oualgouh
1  Oujda, MAROC
,
F Er-Rabie
1  Oujda, MAROC
,
Z Bouabane
1  Oujda, MAROC
,
N Abda
1  Oujda, MAROC
,
W Khannoussi
1  Oujda, MAROC
,
G Kharrasse
1  Oujda, MAROC
,
I Zahi
1  Oujda, MAROC
,
A El Mekkaoui
1  Oujda, MAROC
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

La toxicité digestive des anti inflammatoires non stéroïdiens (AINS) est fréquente. Parfois elle est grave notamment lorsqu'elle entraine une hémorragie ulcéreuse gastroduodénale. Les ulcères duodénaux hémorragiques post-AINS seraient plus graves que les ulcères duodénaux hémorragiques non liés aux AINS. L'objectif de cette étude est de comparer le statut endoscopique et pronostique des ulcères bulbaires hémorragiques post-AINS avec celui des ulcères bulbaires non liés aux AINS.

Patients et Méthodes:

Il s'agit d'une étude rétrospective (de Mars 2015 à novembre 2015) et prospective (de décembre 2015 à décembre 2017) descriptive et analytique au niveau de service de Gastroentérologie, durant une période de 33 mois. Ont été inclus toutes les hémorragies digestives hautes secondaires à l'ulcère bulbaire et nous avons comparé le profil endoscopique et pronostique des patients sous AINS et ceux qui n'ont pas pris d'AINS.

Résultats:

Quatre-vingt-huit cas (88) d'ulcères bulbaires hémorragiques ont été inclus. La prise d'AINS précédent l'hémorragie est notée chez 22.7% des patients. Il existe une nette prédominance masculine comparativement dans les deux groupes. Les patients sous AINS étaient plus âgés que les patients ne prenant pas les AINS (65.45 vs. 58.45 ans respectivement; p = 0.06). Il n'y avait pas de différence statistiquement significative en termes de taux moyen d'hémoglobine, siège de l'ulcère, de recours à la chirurgie, de récidive hémorragique et de besoins transfusionnels. Par ailleurs les patients ayant consommé des AINS ont des ulcères bulbaires classées stades III de Forrest dans 40% des cas par rapport à 59% chez les patients qui n'ont pas pris d'AINS (p: 0.06). En analyse uni variée les patients ayant pris d'AINS nécessitant un traitement endoscopique par rapport au ceux qui n'ont pas pris d'AINS (p = 0.03).

Conclusion:

Notre étude a objectivé que les patients ayant pris des AINS nécessitant un traitement endoscopique ce qui montre la gravité de l'hémorragie digestive associées aux AINS. Par ailleurs, il n'existe pas de différence statistiquement significative en termes de données biologiques, la localisation de l'ulcère ou de recours à la chirurgie.