Endoscopy 2019; 51(03): S61
DOI: 10.1055/s-0039-1680983
Posters
Georg Thieme Verlag KG Stuttgart · New York

La classification de Paris est-elle fiable pour évaluer les lésions dégénérées sur endobrachyoesophage? Résultats d'une étude du GRAPHE incluant 29 endoscopistes chevronnés

N Chapelle
1  Nantes
,
J Branche
2  Lille
,
E Chabrun
3  Bordeaux
,
D Karsenti
4  Paris
,
U Chaput
4  Paris
,
F Caillol
5  Marseille
,
S Koch
6  Besançon
,
G Vanbiervliet
7  Nice
,
M Dahan
8  Limoges
,
L Quénéhervé
1  Nantes
,
N Musquer
1  Nantes
,
M Robaszkiewicz
9  Brest
,
E Coron
1  Nantes
› Author Affiliations
Further Information

Publication History

Publication Date:
12 March 2019 (online)

 

Introduction:

La reconnaissance et l'interprétation en temps réel de critères bien définis de lésions détectées en endoscopie est censée guider leur prise en charge. La classification de Paris est l'une des plus simples et doit être utilisée pour décrire chaque lésion. Cependant, des publications récentes ont mis en évidence un corrélation inter-observateur moyenne pour les lésions coliques. L'objectif de cette étude était d'évaluer la performance d'un groupe d'endoscopistes français pour décrire une lésion oesophagienne au sein d'un endobrachyoesophage (EBO) selon la classification de Paris.

Matériels et Méthodes:

Vingt-neuf endoscopistes expérimentés en endoscopie interventionnelle ont été invités à voter électroniquement sur une banque d'image de lésions oesophagiennes développées sur EBO, en temps réel et au cours d'une session unique. Il s'agissait d'images fixes obtenues en haute résolution au cours d'endoscopies de surveillance ou pré-thérapeutiques pour EBO. Chaque image était montrée en lumière blanche puis en Blue Light Imaging (BLI) et en Linked Color Imaging (LCI), et affichée pendant environ 15 secondes. Les réponses étaient comparées à l'interprétation de l'endoscopiste expert ayant réalisé l'endoscopie initiale.

Résultats:

Au total 27 lésions ont été visualisées lors de la session, respectivement classées Paris 0-Is (n = 15), Paris 0-IIa (n = 9), Paris 0-IIb (n = 3). La distribution des réponses était très variée au sein du groupe d'endoscopistes relecteurs. Globalement, le taux de concordance pour le groupe d'endoscopiste était de 49,2%. Le taux était de 46,4%, 33,3% et 73,6% pour les lésions 0-Is, 0-IIa et 0-IIb, respectivement.

Conclusion:

Au sein d'un groupe pourtant expert en endoscopie interventionnelle, le taux de discordance concernant l'aspect en relief des lésions oesophagiennes était élevé en se basant sur la classification de Paris. Il est possible que ce mauvais résultat soit (au moins en partie) lié à la relecture d'images fixes plutôt que de vidéos. Le rôle de séances de formation à l'interprétation des images d'EBO dégénéré sera également à déterminer.

Remerciements, financements, autres:

Les auteurs remercient tous les membres du GRAPHE ayant participé à cette étude.