Endoscopy 2003; 35(6): 511-514
DOI: 10.1055/s-2003-39673
Original Article

© Georg Thieme Verlag Stuttgart · New York

Drainage of Deep Pelvic Abscesses Using Therapeutic Echo Endoscopy

M.  Giovannini 1 , E.  Bories 1 , V.  Moutardier 2 , C.  Pesenti 1 , A.  Guillemin 1 , B.  Lelong 2 , J.  R.  Delpéro 2
  • 1 Oncology Unit 1 and Endoscopic Department, Paoli-Calmettes Institute, Marseille, France
  • 2 Surgery Department, Paoli-Calmettes Institute, Marseille, France
Further Information

Publication History

Submitted 8 August 2002

Accepted after Revision 16 January 2003

Publication Date:
03 June 2003 (online)

Background and Study Aims: The purpose of this study was to evaluate the clinical efficacy of endosonographically guided transrectal aspiration and drainage by plastic stent of deep pelvic abscesses, using a therapeutic echo endoscope device.
Patients and Methods: Between September 2000 and June 2001, 12 patients (nine men, three women, mean age 67 years) were treated for a perirectal or a pelvic abscess using an endoscopic ultrasound (EUS) technique. The drainage of these fluid collections was performed under EUS guidance, using therapeutic EUS scopes with a large working channel.
Results: No major complication occurred during this study. Transrectal stent insertion succeeded in nine patients. In three patients, only aspiration was possible. Among the nine patients in whom a stent was successfully introduced into the fluid collection, complete drainage without relapse was achieved in eight patients (mean follow-up 10.6 months, range 6 - 14 months). The stent was removed endoscopically after 3 to 6 months. Drainage was incomplete in one patient (with a large abscess, diameter > 8 cm), who subsequently underwent surgical drainage. However, two out of the three patients in whom aspiration alone was performed developed a recurrence of the abscess and required surgical treatment.
Conclusion: EUS-guided drainage of deep pelvic abscesses could offer an alternative treatment to surgery in the management of these postoperative complications.

Abstract in French

But de l'Etude: Récemment l'échoendoscopie (EE) a été utilisée pour drainer des pseudokystes ou des abcès pancréatiques. Le but de ce travail a eŽté d'utiliser I'EE comme moyen de drainage de collections pelviennes péri-rectales en général post-opératoire, en utilisant un échoendoscope interventionnel à gros canal opérateur. Patients et Méthodes: De septembre 2000 à juin 2001, 12 patients (9 hommes, 3 femmes) d'âge moyen 67 ans (extrêmes: 48 - 77 ans) ont présenté une collection abcédée pelvienne péri-rectale et ont eu une tentative de traitement guidée par EE. Il s'agissait 10 fois d'abcès rétro-rectaux après résection antérieure du rectum pour cancer, 1 fois d'une collection suppurée du cul de sac de Douglas après hystérectomie pour cancer du col de l'utérus, et 1 fois d'un abcès péri-sigmoïdien compliquant une sigmoïdité diverticulaire chez un patient présentant une leucémie aigue en phase d'induction thérapeutique (aplasie profonde). Le drainage de ces collections était realisé sous un triple contrôle-endoscopique, radiologique et échoendoscopique. L'appareil utilisée permettait l'utilisation de matériel de 8.5 F de diamètre. La technique consistait à repérer dans un premier temps la cavité abcédée et d'en réaliser la ponction avec une aiguille de 19 gauges permettant de recueillir du pus pour étude bacteriologique. Un lavage soigneux de la cavité par du sérum salé était alors réalisé jusqu'à obtention d'un liquide clair. Dans un second temps, une injection de contraste permettait de bien délimiter l'abcès. Celui-ci rempli de sérum physiologique était alors ponctionné avec un infundibutome de 5.5 F, permettant l'introduction d'un fil guide de 0.035 et la mise en place sur ce fil guide d'une prothèse de 8.5 F afin d'assurer un drainage endo-luminal. Résultats: Aucune complication n'est survenue, ni perforation, ni hémorragie. Une prothèse trans-rectale a pu être mise en place 9 fois sur 12 et dans 3 cas une simple aspiration-lavage a été réalisée. Parmi ces 3 cas, 2 ont récidivé très rapidement et ont du être réopérés. Parmi les 9 patients chez qui une prothèse trans-rectale avait pu être insérée, la collection suppurée a disparu complètement 8 fois sur 9. La prothèse trans-rectale a été laissé en place en moyenne 4.3 mois et a été retirée endoscopiquement sans complication. Conclusion: Il s'agit donc d'une technique prometteuse permettant d'éviter une deuxième intervention dans environ 80 % des cas.

References

M. Giovannini, M.D.

Oncology Unit 1 and Endoscopic Department · Paoli-Calmettes Institute ·

232 Boulevard Sainte-Marguerite BP 156 · 13273 Marseille Cedex 9 · France ·

Fax: + 33-491-223658

Email: hdchir@marseille.fnclcc.fr